DPP_407

Ecogisements interjú a körkörös gazdaságról

Az Ecogisements nevű online szaklapban közölt interjút -az Európai Unió körkörös gazdasággal kapcsolatos stratégiájának a kidolgozásával kapcsolatban –Benoit Theunissen készítette Jávor Benedek Európai Parlamenti képviselővel.

A cikk franciául érhető el:

L’eurodéputé hongrois du groupe des Verts Benedek Jávor a livré à Ecogisements son analyse sur l’élaboration de la future stratégie d’économie circulaire de l’Union européenne. Impliqué au quotidien dans le processus législatif de l’Union, il défend l’idée de mettre au point au plus vite un modèle européen de l’économie circulaire pour la prochaine décennie.

Dans le dossier de l’économie circulaire, tous les yeux sont braqués vers la Commission européenne. Depuis que l’équipe Juncker a annoncé l’abandon paquet économie circulaire, entreprises, ONG et gouvernements attendent un nouveau geste de sa part. L’exécutif européen n’est pourtant pas le seul organe de décision à contribuer au façonnage du nouveau modèle économique d’avenir de l’Union des 28. Le Parlement peut aussi faire preuve d’initiative en la matière.

Du haut de sa quarantaine d’années, l’eurodéputé hongrois Benedek Jávor (Groupe des Verts) reste convaincu du souffle que lui et ses pairs de l’hémicycle peuvent insuffler dans les procédures législatives vers un modèle d’économie circulaire pour l’Europe. “Le Parlement émet une opinion sur la communication de la Commission en matière d’économie circulaire”, explique-t-il, d’une part. “Ce n’est pas un texte juridiquement contraignant, mais il donne une vision sur la façon dont le Parlement conçoit le projet pour les années à venir.” Un tel document donne ainsi une idée claire des étapes et actes qu’attend le Parlement de la part de la Commission.

Les députés auront d’autre part le pouvoir d’amender le prochain paquet économie circulaire que la Commission a promis de développer de manière encore plus ambitieuse. “Nous avons donc un champ d’action vaste, mais pour pouvoir l’exploiter il faut que le Parlement reçoive une nouvelle proposition”, relativise cependant Benedek Jávor qui doute d’en voir une aboutir avant le milieu de 2016.

L’indépendance sur les matières premières

Cette attente a pour conséquence de retarder l’agenda législatif du paquet économie circulaire. “Aboutir sur une nouvelle proposition législative nécessite de longues discussions et négociations aussi bien au sein des commission parlementaires que du Conseil.”

Il n’y a pas que des enjeux environnementaux dans la partie. Le député hongrois rappelle l’urgence de trouver aussi des solutions à la crise de l’emploi et d’ouvrir le marché du recyclage à bon nombre de PME européennes. “La plupart des entreprises présentes dans le secteur du recyclage de la gestion des déchets sont des PME”, insiste-t-il. Développer une stratégie de l’économie circulaire commune aux 28 Etats membres “générerait ainsi une relance de l’économie et créerait un marché pour les entreprises européennes.”

Alors que l’indépendance énergétique de l’Europe fait régulièrement débat, l’indépendance des ressources naturelles s’avère tout aussi importante, selon Benedek Jávor. Le continent reste en effet pour l’instant fortement dépendant de l’extérieur pour son approvisionnement en matières premières. “Le bon fonctionnement de notre économie est intimement lié à des fournisseurs basés dans des régions instables, dans des dictatures ou dans des zones de crise.”

Le député hongrois rappelle l’urgence de trouver aussi des solutions à la crise de l’emploi et d’ouvrir le marché du recyclage à bon nombre de PME européennes.

Le problème a d’ailleurs été  récemment soulevé par le Parlement lors d’un vote historique à Strasbourg, visant à la mise en place d’un nouveau règlement pour prévenir les minerais de conflits. Tous nos équipements électroniques sont produits avec de nombreux métaux rares. La plus grande part de ceux-ci provient d’Afrique où certains conflits locaux sont parfois financés par l’extraction du sol de ceux-ci. “Cela montre que notre société technologique se trouve hautement dépendante de ces sources d’approvisionnement et que nous finançons certaines dictatures et groupes militaires les plus obscures juste à cause de notre modèle d’économie linéaire.”

L’accès à l’information

L’accès à l’information en la matière connaît quelques ratés. “Les citoyens européens ne sont pas correctement informés, mais je constate que même des parlementaires ne le sont pas également.” Le député observe que de nombreux de ses collègues ne possèdent pas les données de base sur les questions de dépendances des ressources, la pérennité de l’économie voire même de la façon dont les secteurs du recyclage et de la réutilisation des biens peut amener à la création d’emplois et une certaine prospérité économique.

“Il y a un fossé gigantesque à combler entre ce sur quoi il est urgent d’agir et le niveau d’information que nous avons.” L’absence d’une plus grande médiatisation de certains sujets peut ainsi avoir des répercussions de taille sur la gouvernance de notre société. Benedek Jávor perçoit là un handicap dans le mécanisme démocratique : “Cela veut dire par conséquent qu’il y a moins de pression sur les hommes et femmes politiques de la part des citoyens et donc ainsi moins de pression politique pour trouver des solutions.”

Les entreprises souffrent de l’absence de vision des politiques

Benedek Jávor  remarque par contre qu’une part de l’industrie sait quant à elle quelle pourrait être la direction à suivre en matière d’économie circulaire. Au faîte de la situation, les entreprises peuvent difficilement investir dans l’économie circulaire en l’absence d’une stratégie globale au niveau politique. “Sans un environnement légal stable, il reste très risqué d’investir dans ce secteur. Les investisseurs privés ne vont pas risquer leur argent dans un secteur où ils ne connaissent pas quelle sera la législation dans les années à venir.”

Etablir une stratégie contenant une feuille de route et des objectifs clairs nécessite de penser sur le long terme. “C’est pourquoi nous devrions avoir une vision claire de ce que nous voudrions atteindre au cours des 15 ou 20 années à venir. Ce n’est pas suffisant de penser seulement jusqu’aux prochaines élections.” Le député européen affirme que les entreprises peuvent s’adapter avec le temps à la plupart des cadres législatifs. Ce qu’elles ne peuvent faire actuellement du fait de l’absence de modèle législatif. Malgré l’urgence d’entamer une longue transition vers l’économie circulaire, Benedek Jávor ne se retrouve pas massivement sollicité par les représentants de l’industrie de la valorisation des déchets.